samedi 18 mai 2019

Une saison en D2, et après ?

Après une longue et difficile saison de D2 sur le plan sportif, l'heure est aux bilans et aux perspectives pour le président du club Éric Froin.

Le président Eric Froin est très lucide
sur la saison que vient de traverser le club.
© Archives Didier Cassier.
Sylvain Desgroppes : Comment avez-vous vécu cette difficile saison ?
Eric Froin : Il est tout d'abord important de dire que c'était une chance pour nous de jouer à ce niveau-là. On s'aperçoit cependant de la marge qu'il y a. Ce niveau ne permet pas d'être dans l'approximation si l'on veut prétendre s'y maintenir. Il faut que le club dans son ensemble soit bien en place et structuré, on n'a pas eu les moyens sportifs pour pouvoir se préparer. Mais, sur d'autres secteurs comme la formation et la communication, c'est aussi parce que l'on jouait en D2 que l'on a pu progresser et passer un cap.

« On espérait jouer le haut du tableau »

L'expérimenté défenseur Ange Gnaleko, qui fait partie des joueurs incontournables du BPFC, revient sur cette saison particulière et sur le derby...

Gnaleko, ancien trélissacois et parmi les cadres du BPFC,
revient sur la saison du club et sur ce derby pour le maintien.
© Claude Chastenet.
Sylvain Desgroppes : Comment avez-vous vécu l'intersaison mouvementée au club ?
Ange Gnaleko : On savait qu'avec le départ de Fabien Pujo, cela allait bouger. Moi, il me restait un an de contrat, je voulais l'honorer jusqu'au bout, surtout que le coach m'a contacté et que son discours m'a plu de suite. Mais on a vu que l'équipe a évolué, et que le jeu a changé aussi. Il y a eu un retour à zéro, chacun a dû gagner sa place, que l'on soit un joueur resté au club ou une recrue.

Le BPPH veut sauver l'honneur

Il reste un match pour clôturer cette longue et difficile saison de D2. Un match pour espérer sauver la face et enfin s'imposer à cet échelon.

Deschildre et les bergeracoises ont une dernière chance
de remporter un match cette saison en D2.
© Claude Chastenet.
Soir de dernière pour le BPPH ce samedi à Louis Aragon. Dernier match à domicile, dernier match de la saison, et surtout dernier match en D2. Promu à cet échelon en juin dernier, après sa victoire lors de la dernière journée à Pays d'Aix, Bergerac a connu depuis une série noire, et aucune victoire en compétition officielle. Pour cette dernière journée, l'objectif est donc d'effacer cette triste statistique face à l'avant-dernier de la poule, Lomme Lille.

Le maintien passe par le derby

À deux journées de la fin, au moment de s'affronter pour le traditionnel derby, trélissacois et bergeracois ne sont toujours pas maintenus en N2...

L'attaque bergeracoise, ici Pape Sarr, va faire face
à une défense du TFC solide sur son terrain.
© Claude Chastenet.
Comme si, depuis que les calendriers ont été dévoilés, l'histoire était écrite. L'été dernier, un rapide coup d'œil à l'agenda mettait en avant ce derby de la Dordogne, toujours attendu, et placé à l'avant-dernière journée de la saison. Il y aurait de l'enjeu, tout le monde l'attendait. Mais personne n'aurait imaginé que l'enjeu en question serait le maintien pour les deux clubs, en danger depuis le début du championnat, chacun de leur côté.

Bergerac avec un léger avantage

Pour la première fois, les féminines du BPFC disputent un barrage retour avec de vraies chances suite à leur victoire à domicile à l'aller.

Victorieuses à l'aller 1-0, les bergeracoises
devront s'attendre à une réaction de Vesoul...
© Sylvain Desgroppes.
Une moitié du chemin a peut-être été faite, mais la deuxième moitié ce weekend ne sera pas plus facile. Les féminines du BPFC, après leur succès 1-0 chez elles, se rendent à Vesoul où elles se savent attendues pour cette manche retour du premier tour de brassages d'accession à la D2. Malgré tout, l'état d'esprit peut être positif, l'équipe gagnant chaque saison en expérience. La preuve, lors des deux premières tentatives à cet échelon, le BPFC avait à chaque fois perdu à domicile à l'aller.

mardi 14 mai 2019

Retour sur un weekend de ligue

Comme l'année dernière, après une première partie de saison délicate, les rouffignacois finissent leur championnat en trombe.

Si beaucoup de choses ont changé depuis le début du championnat
(ici en septembre en coupe de France), l'ASRP finit bien sa saison.
© Droits réservés.
C'est avec un certain appétit et l'envie de continuer de progresser que Rouffignac entamait sa saison à ce nouvel échelon de la R3. Malgré tout, il pouvait y avoir quelques zones plus incertaines pour Alexandre Da Costa et ses hommes, qui se trouvaient dans une poule avec deux autres périgordins, Thenon et Montignac, mais surtout avec dix clubs de l'ex-région Limousin, aux caractéristiques moins connues.

lundi 13 mai 2019

Un niveau d'écart

Après une première période sans rythme, Bergerac a su accélérer au bon moment puis assurer sa victoire contre des montois relégués.

Comme ici contre Blois, Loustallot a encore réalisé
des parades décisives à des moments importants.
© Archives Claude Chastenet.
Bergerac avait de nouveau laissé passer une chance de prendre le large sur la zone de relégation et de se sortir d'un contexte de haute pression en s'inclinant à Moulins la semaine dernière, après deux victoires de rang. Mais encore une fois, les périgordins ont répondu présents dans la foulée à domicile ce weekend, pour prendre cette fois une belle option sur le maintien en N2. Malgré le large score, tout n'aura pourtant pas été facile contre le Stade Montois, lanterne rouge.

Un premier pas

Dans un match aller de barrage équilibré, Bergerac aura livré une prestation consistante permettant d'y croire avant un long déplacement...

A la réception d'un centre de Camus, Zaïda a marqué de la tête
le seul but de ce match aller de barrages contre Vesoul.
© Sylvain Desgroppes.
Pour la troisième fois de son histoire, Bergerac disputait ce dimanche un premier tour de barrage d'accession à la D2. Et pour la troisième fois aussi, cela commençait par un match aller à domicile. Mais la grande nouveauté est que cette fois, le BPFC s'est imposé sur son terrain et peut voyager au retour avec d'autres certitudes. Même si tout reste ouvert face à une valeureuse équipe de Vesoul, qui aura tenté des choses dans cette confrontation plaisante et ouverte.

Bergerac s'incline de peu

Chez le leader des playdown, il s'en est fallu de peu pour que le BPPH ramène son premier succès. Dernière chance ce weekend contre Lille.

Après leur revers à l'aller, Hodosi et les bergeracoises
ont lutté contre Octeville jusqu'au bout cette fois...
© Archives Claude Chastenet.
Un coach qui ne sera plus là sur la fin du championnat, un dernier long déplacement à faire chez le leader des playdown, le contexte de cette rencontre était particulier. Les objectifs de Christophe Grellaud, l'adjoint de Michel Cassier qui va finir la saison sur le banc de touche, l'étaient aussi. « J'ai laissé les filles hors contexte, je voulais créer un esprit d'équipe hors handball pour mon premier long déplacement avec elles », glisse le technicien.

samedi 11 mai 2019

Montrer du caractère

De nouveau sous la menace de la relégation, Bergerac va devoir montrer un autre visage face aux enjeux de cette fin de saison de N2.

A l'image de Sène, les attaquants bergeracois vont devoir
faire parler la poudre face au Stade Montois.
© Claude Chastenet.
Depuis le début de la saison, et une première série de matches compliquée à négocier autour d'un nouveau staff et d'un groupe largement renouvelé (une seule victoire après dix journées, et une quinzième place), jamais Bergerac n'aura pu évoluer dans la sérénité. Incapables d'enchaîner les performances ni de se montrer à leur avantage loin de leurs bases, les périgordins auront sans cesse navigué en eaux troubles.