samedi 19 janvier 2019

Passer à l'étape suivante

Deux semaines après sa qualification en coupe de France, le BPFC retrouve la compétition et le championnat avec l'envie de franchir un cap.

Repositionné en défense centrale, Jamaï est l'un des garants
de la solidité défensive retrouvée de Bergerac.
© Sylvain Desgroppes.
Il y a deux semaines, pour leur rentrée sportive après une courte trêve, les bergeracois réalisaient l'exploit d'éliminer Niort, une équipe de Ligue 2, en 32e de finale de la coupe de France. Un résultat qui ne doit rien au hasard, et qui vient surtout confirmer une tendance observée depuis décembre déjà, indiquant que les hommes de Nicolas Le Bellec ont désormais franchi un palier. Il faut le confirmer, et se pencher sur la suite du travail.

Du pain sur la planche

En manque de rythme, Gardonne va devoir trouver des armes pour compenser et au moins montrer un visage combatif à domicile...

Raphaël Lissalt et les gardonnais
vont devoir lutter face à Niort.
© Yannick Monsec.
Le ton a changé du côté de l'ESG cette semaine. Avant le match à Horsarrieu, Frédéric Rocco était très circonspect quant à la gestion de la trêve hivernale, avec une coupure de trois semaines. Il attendait de voir les résultats sur le terrain, et le déplacement dans les Landes a malheureusement été riche d'enseignements sur ce point. Gardonne est hors de forme. Dommage alors que le collectif avait trouvé une bonne dynamique en décembre.

L'hécatombe à Bergerac

Le déplacement à Cannes constituait le match de la dernière chance sur cette première phase. Mais les blessures s'accumulent chez les bergeracoises...

La jeunesse bergeracoise, ici Zanelli,
va trouver plus de temps de jeu ce weekend...
© Claude Chastenet.
Comment garder le moral quand tout semble aller de travers ? Les semaines passent, et la situation du BPPH s'aggrave en D2. Cela dépasse le simple plan comptable, catastrophique avec uniquement des défaites. Le club s'est séparé de Pascal Carfantan en octobre, mais l'électrochoc n'a pas eu lieu. En dehors de la défaite d'un but à Bouillargues début janvier, jamais les périgordines n'ont été en mesure de gagner une seule rencontre cette saison.

vendredi 18 janvier 2019

Le portrait de la semaine

À bientôt 40 ans, Cédric Favereau s'éclate en régional, avec autant de passion et un peu plus d'expérience, à Limens JSA, où il est un joueur cadre.

Cédric Favereau apporte son expérience et sa solidité
à une jeune équipe de Limens JSA en régional.
© François Berterreche.
Pas de calcul, pas de triche. Juste de l'envie et du plaisir. La quarantaine approche, mais Cédric Favereau n'a pas changé sa façon de voir le football. Aujourd'hui à Limens JSA, évidemment dans une optique et avec un rôle différent de celui qu'il a pu avoir par le passé, le défenseur central est devenu le ''papa'', un joueur cadre, un joueur sur qui de nombreux jeunes de l'effectif peuvent se reposer, un joueur dont les conseils sont toujours écoutés.

L'interview de la semaine

Après une première partie de saison en demi-teinte, Cyril Holod espère voir son équipe progresser pour aller chercher le maintien en R2.

Le coach prigontin Cyril Holod attend encore plus
de ses joueurs sur la deuxième partie de saison.
© Droits réservés.
Sylvain Desgroppes : Quelles étaient vos attentes en début de saison ?
Cyril Holod : Il n'y avait pas de crainte ni de réticence, mais l'assurance que, en partant avec un groupe renouvelé, ce qui correspond aussi à la politique du club de se lancer dans la promotion de jeunes joueurs, ce serait dur à digérer. Encore plus sur une année de montée. Il faut faire preuve de patience. Dans les têtes, on commence à répondre présent face aux exigences du niveau R2, et on prend progressivement de l'expérience.

Le match à suivre

Malgré une série exceptionnelle de victoires, Nontron n'a pas le droit de se relâcher, dans une lutte à trois infernale pour la première place.

Les nontronnais espèrent encore poursuivre leur série
de victoires face à Saint Sulpice et Cameyrac.
© ASNSP.
À l'heure de reprendre le chemin du championnat, l'ASNSP peut afficher un large sourire, et un état de confiance à son zénith, avec une série en cours de onze succès. Les tâtonnements du début de saison semblent loin. Pourtant, tout avait commencé par une victoire aux tirs au but seulement en coupe de France, suivie par une élimination au deuxième tour à domicile, puis une défaite en ouverture du championnat à Saint André de Cubzac.

lundi 14 janvier 2019

Un ESG sans repère

Une fois encore, à l'extérieur, Gardonne n'a jamais trouvé les solutions pour faire douter son adversaire, ce qui ne fait que confirmer la place actuelle.

Horsarrieu a pris sa revanche sur Czajkowski et les gardonnais
après sa défaite au match aller à Fernand Mourgues.
© Archives Pascal Lacroix.
Après un mois de trêve, c'est avec beaucoup de doutes sur la qualité du travail effectué et la façon de gérer cette période hivernale que Frédéric Rocco et ses hommes se déplaçaient à Horsarrieu, une équipe surprise cette saison, elle qui avait terminé dernière de la poule lors du précédent exercice. Dans les Landes, le match s'annonçait donc compliqué. Il l'aura été, pour une défaite logique qui n'est qu'une preuve de plus de ce que le coach avançait.

Une nette différence

Comme à l'aller, jamais Bergerac n'a réussi à perturber des mérignacaises dominatrices de bout en bout, et qui se relancent dans la course aux playoff.

A l'image de Castagna ici, les bergeracoises n'ont jamais trouvé
de solutions faciles face à la défense de Mérignac.
© Claude Chastenet.
Désarmées, inoffensives, impuissantes. Les bergeracoises n'auront pas existé dans leur opposition face à Mérignac ce samedi à Louis Aragon. Après la courte défaite à Bouillargues, l'envie du staff était de confirmer certains progrès dans le jeu devant le public périgordin. L'opération est manquée, alors que les girondines, favorites de la poule mais sur une série de trois défaites, ont montré leur force de caractère pour réciter leur jeu dès le coup d'envoi.

samedi 12 janvier 2019

Confirmer certains progrès

Face à une équipe de Mérignac dans le doute mais dont il faut craindre le réveil, le BPPH espère faire de ce match à domicile un exemple pour la suite.

Hegesippe et sa défense devront être performantes
pour tenir tête le plus longtemps possible à Mérignac...
© Claude Chastenet.
Après huit défaites en autant de journées, la trêve avait été accueillie à bras ouverts par le BPPH, qui avait besoin de se recentrer. La reprise le weekend dernier a laissé de réels espoirs de progrès, avec une courte défaite à Bouillargues, 27-26, sur un penalty encaissé à trente secondes de la fin... Si l'adversité sera toute autre ce weekend face à Mérignac, l'envie est là de proposer au public bergeracois le nouveau visage entrevu dans le Gard.

Quel ESG ?

Après une trêve d'un mois qui laisse beaucoup d'incertitudes, Gardonne retrouve la compétition avec un déplacement délicat dans les Landes.

Au match aller, l'ESG (ici Kastratovic) s'était imposé
sans trembler face à Horsarrieu.
© Pascal Lacroix.
Une poule plus homogène que l'on ne pouvait le penser, une place en milieu de tableau, des progrès dans le jeu, mais aucune certitude pour la suite de la saison. C'est dans ce contexte un peu flou que se trouve aujourd'hui l'ES Gardonne, après une première partie de saison où le coach, arrivé cet été, a travaillé avec un groupe largement recomposé pour trouver progressivement des repères collectifs et une identité de jeu.